Commentaires sur le Volet 1

Posté par ENO filles le 5 octobre 2009

aleatoire.gif Des commentaires intéressants à lire sur le volet 1

Cliquez sur les liens ci-dessous

 

ECOLENORMALEDEFILLESDORANvolet1

bb4.gif5 octobre, BERTE Céline dans PROMO 56 -60 LISTE DES ELEVES

« J’ai été très heureuse de retrouver tous les noms des copines
Pour avoir mes coordonnées remplissez le formulaire de contact avec votre telephone et votre adresse
Paule me les transmettra
J’espère pouvoir aller un jour aux rassemblements. Grosses bises de Céline BERTE »

bb4.gif4 octobre, Guastavino Michèle dans PROMO 58-62

Je pense que le n°15 est Louise Guastavino, décédée à Tours en 1987

bb4.gif21 septembre, Qocentini J. dans PROMO 55-59 Liste des élèves

« Salut à vous les Normaliennes d’Oran.
Sans vous qui étiez une bonne trentaine d’Européennes par promotion, jamais nos parents n’auraient osé inscrire leurs filles “indigènes” au concours d’entrée dans ce qui leur semblait être une trop grande École pour eux.
Pas faite pour leurs filles en tout cas. Surtout avec un tel trousseau, dont certains articles de la liste n’effleuraient pas leur esprit et effrayaient leur porte monnaie maigre et frileux, destiné à nourrir toute une smala.
Il y avait trois ou quatre écoles d’Institutrices en Algérie si on compte Miliana.
Heureusement!
Et quel dommage qu’il n’y en eut pas davantage!
C’est quand même mieux que rien.
Les “Arabes” disent que “la baraka est dans le peu”.
Il suffit parfois d’une étincelle pour faire un grand feu.
Aujourd’hui les Normaliennes d’Algérie se comptent par milliers. Plusieurs centaines par an.
Il est vrai que la population a quadruplé (passée de 9 à 36 millions) et le nombre de francophones s’est plusieurs fois décuplé en un demi siècle nous dit-on. C’est très probable.
Bravo à celles et ceux qui ont semé les premières graines. Sans oublier néanmoins ceux et celles qui ont continué à labourer, à semer et à récolter d’immenses territoires en friche.
L’explication de ces larges moissons vient de ce que le taux de scolarisation est passé de 5 à 94 % en quelques années, soit un retour à ce qu’il fut en 1830.
Mais cette fois, avec deux langues d’enseignement obligatoires,l’Arabe et le Français. C’est au moins deux fois mieux que ce ne fut en 1830 où il n’y avait que la langue arabe, que tout un chacun savait seulement lire et écrire. La modernité mécanisée presque “oualou” . D’où les multiples défaites de la résistance à l’invasion militaire étrangère et à l’occupation sans cesse remise en question par des batailles perdues d’avance. Militairement.
L’enseignement des sciences et techniques était rare avant 1830, les scientifiques très peu nombreux et ils le sont restés jusqu’au milieu du siècle dernier.
J’espère que je ne vous ennuie pas avec ces données, concernant votre pays d’enfance et de jeunesse que vous connaissez peut-être mieux que moi et le voyez peut-être autrement.
Ce ne sont que des vues par un ancien “indigène” devenu citoyen, qui vous a connues belles, comme toutes “les filles de mon pays”. Et aussi inaccessibles que “Le lys dans la vallée” , sauf qu’il n’aurait jamais eu l’idée ni l’occasion de vous rencontrer. Il ne l’aurait pas cherché et vous ne risquiez pas d’y songer, vu les circonstances historiques de l’époque qui dépassaient les individus C’est du passé.
Aujourd’hui, je dois vous dire que vous seriez les bienvenu(e)s chez vous dans ces contrées “rebelles” aujourd’hui calmées, colmatées, acclimatées et climatisées. Comme touristes ou simples citoyens, pas comme colonisateurs. Vous n’en voudriez pas. C’est périmé, en tout cas ici.
Le système colonial n’existe plus. Je ne suis pas certain que vous aimiez cette institution archaïque, indigne de la France de Voltaire, de Montesquieu et surtout de 1789 ! Avec ses injustes cloisons que certains avaient érigées en oubliant que les murs entre les humains finissent toujours par tomber. A Berlin, en Afrique du Sud ou ailleurs. Ce qui ne veut pas forcément dire que tout devienne subitement meilleur.
Par contre l’amitié avec les personnes, surtout les enseignants, les médecins et tant d’autres métiers humanistes, sans oublier les sans métier, les enfants et les jeunes, sont gravés en lettre d’or dans les mémoires.
Vous le savez bien!
C’est simplement et tout bonnement humain.
La nostalgie est universelle.
Si l’on s’efforce d’oublier les guerres, les injustices, les violences et les malentendus, il reste les enfants et les petits enfants qui n’ont rien connu de tout ça et qu’il faut nourrir de l’amour du prochain d’où qu’il soit et d’où qu’il vienne ou croit venir.
On ira tous au même endroit en finale ici bas.
Quant à l’au delà, personne n’en est revenu.
Si Jésus revient, j’espère qu’on sera encore là et qu’il nous racontera le Paradis céleste.
A quoi bon cela avance-t-il de ne pas tenter d’y croire ? C’est bien plus sympa au moins d’en rêver ou méditer parfois; en restant debout avec lucidité.
L’essentiel étant la bonne foi, je veux dire la sincérité. Sinon toute foi est forcément bonne pour celui ou celle qui l’a ou ne l’a pas.
Allez les filles ! de l’optimisme, venez seules ou accompagnées ou en groupe, avec vos ami(e)s, votre mari et ou compagnon revisiter votre ancienne école. Elle est toujours là qui vous attend! Courage, je vous assure que ça vaut le coup! Nombreux sont ceux qui l’ont fait, et refait sans regretter, sauf de n’avoir pas bougé avant!
Bisous à tous et à toutes. »

bb4.gif24 juin, anne Delgado dans L’ECOLE NORMALE DE GARCONS D’ORAN

« Je cherche deux “garçons” qui ont grandi depuis….
René Lopez et Georges Derose
tous deux normaliens en 1948/49
a bientôt, j’espère. Anne

bb4.gif3 octobre 2009 De Pepe Gutierrez

Pepe Gutierrez a écrit: Buenos dias, estoy interesado en localizar a una alumna del curso: Promo 1960-64 que se llama Josiane Alonso, numero 14 de la foto. Le agradeceria informacion. Muchas gracias

bb4.gif20 juin, Marie-Antoinette BOUAZZA

« Bonjour, Je suis Perrégauloise où toute jeune, j’étais une copine de Charlette Genand. Sa maman état Sage-femme et a aidé ma mère dans ses quatres accouchements, ma grande soeur, mon grand frère, moi et ma petite soeur. Je recherche l’adresse de Charlette, pouvez-vous me la communiquer avec son accord bien sûr. Je sais qu’elle a vu mon frère Robert à la réunion des Perrégauloise d’Avignon mais il n’a pas pensé à lui demander ses coordonnées. Merci beaucoup. Marie-Antoinette BOUAZZA »

bb4.gif15 juin, Marcelle VICTORIA HERNANDEZ

Nous venons avec grand plaisir de découvrir ton site. C’est l’occasion de te faire un petit coucou amical après cette très agréable rencontre de Vinon sur Verdon.
Marcelle et Bernard.

gifamitie3gratuit.gif

Le coeur léger

Laisser un commentaire

 

FO Défense Martinique |
edna |
Présentation des métiers |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | toutcequetas
| ammalyon
| TPE 2008/2009