Monsieur de Sola – notre prof d’Espagnol

Posté par ENO filles le 12 mai 2009

 Commentaire: sur l’article #176 « L’ENCADREMENT – LE PERSONNEL – LES PROFS »
email33.gif   Auteur: de sola Bertrand
« Bonjour, auriez vous des souvenirs des cours d’espagnol de Mr de Sola ? Je suis son petit-fils. Merci. »

email09.gif Bonjour Bertrand, je suis ravie de faire votre connaissance …via le Web.
Je suis malheureusement en panne d’ordinateur et je ne peux pas m’étendre, je suis chez des amis.
Je n’ai hélàs que peu de souvenirs de votre grand-père mais seulement ceux-là.
Quand je suis arrivée à l’ENO j’avais choisi comme langue unique -nous n’avion le choix que d’une seule- l’Anglais qui était ma langue préférée, ayant moins de connaissances en Espagnol.
Mais au bout d’un mois, j’ai paniqué pour le bac car j’avais du mal à comprendre le prof. Donc j’ai décidé de me réfugier en Espagnol où tout me semblait plus facile. Mais dans ce cours nous n’étions que 4 élèves et donc rien ne pouvait échapper à notre bien-aimé prof.
Donc à chaque cours interrogation orale sur les 50 mots de la liste à apprendre chaque fois, aucune impasse possible…rires
Et pour les contrôles nous étions installées aux 4 angles de la classe et votre grand-père pouvait lire tranquillement son journal pendant une heure…re-rires
Avec tout ça je n’ai pas eu de mal au bac, j’étais prête….
Au demeurant c ‘était un prof à l’écoute de ses eleves, gentil, juste, sympa… que de bons souvenirs.
Mais c’est tout ce dont je me souviens. L’école normale n’était pas mon lieu de
vie préféré car je m’y sentais en prison.
Je mettrai ce message sur le  blog des que je le pourrai.
Auriez-vous des documents ou photos de lui de l’époque et sur le reste de sa vie après le départ que je puisse évoquer sur le blog. Merci à vous en retour
Amitiés

email33.gif  Bonjour, Merci pour votre prompte réponse.
Cela me fait vraiment plaisir d’avoir ainsi quelques récits de la vie là- bas à cette époque.
Mon grand-père a à présent 96 ans.
Je regrette de ne pouvoir vous fournir pour l’instant des infos sur lui ou des photos, car comme dans bien des familles j’imagine, les souvenirs d’Algérie ne sont pas un plaisir à évoquer, en particulier pour mon père. Je lui demanderai donc son accord préalablement.
Merci encore et bravo pour l’étendue du blog ! cordialement, Bertrand de Sola.
*Voir tous les commentaires sur cet article:
http://ecolenormaledinstitutricesdoran.unblog.fr/lencadrement-le-personnel-et-les-profs/#comments

email09.gif Re-merci Bertrand
Je ferai un petit article sur le blog dès que j’aurai récupéré mon ordinateur.
Et toutes mes amitiés à votre grand-père qui ne doit pas vraiment se souvenir de moi comme je me souviens de lui.
De l’Algérie, il nous reste à tous des souvenirs heureux…heureusement. La vie est ainsi. Moi je garde surtout les bons moments et les petites anecdotes que je raconte à mes petits-enfants qui en sont très friands. Pour le malheur, pas besoin d’en rajouter, ils auront aussi leur lot.
J’attends donc que vous ayiez de petites infos et anecdotes à me donner sur lui qui puisse nous permettre de comprendre la vie de nos bienaimés profs aprè qu’ils se soient enfin débarrassés de nous…rires.
Amicalement, Paule Guilhem-Chadeau

Publié dans ENO, Profs | Pas de Commentaire »

M.Péquignat et la promo 1955-1959

Posté par ENO filles le 16 janvier 2009

Cet article fait suite au commentaire de Robert Rodriguez sur le volet 1. Il a bien voulu me renseigner sur les élèves présents sur la photo ci-après déjà présente dans l’article sur L’ECOLE NORMALE DE GARCONS D’ORAN dans le volet 1

http://ecolenormaledinstitutricesdoran.unblog.fr/lecole-normale-de-garcons-en-faveur-du-net/#comments

« Cette photo a été prise lors d’une séance de travaux pratiques. Nous étions répartis en 2 groupes car la promo (1955-1959) comptait 45 normaliens. On peut la dater de 1955-1956, car le n°4 n’a effectué que la première année. On reconnaît :

M.Pequignat et ses élèves

1

. Daniel ROSELLO  – 2. André TRABALON – 3. Bruno TADDEÏ – 4. KHELIFA – 5. ESCAMEZ – 6. ESTRELLON – 7.  X… (flou) peut-être Jean VINCENT ? notre major de promo – 8. Yves  GOMEZ – 9. Michel POTAGES – 10. BENZIDOUN – 11. André BORDES -12. Raymond COSTA – 13. DJENANE – 14. Jean-Pierre GIL – 15. COT – 16. Joseph MARTINEZ – 17. Serge MARTINEZ – 18. Yves SORIANO.Je ne suis pas sur cette photo car je faisais partie de l’autre groupe de TP.

D’après les inscriptions lisibles sur le tableau, l’objet de la séance portait sur l’analyse des minéraux contenus dans les cendres obtenues lors de la combustion d’un végétal. Je me souviens encore du bazar que nous avions organisé à cette occasion : nous faisions n’importe quoi avec les réactifs. Nous obtenions des solutions bizarroïdes qu’on soumettait à M. PEQUIGNAT (orthographe garantie). Dubitatif, il essayait tout de même de nous donner son diagnostic.

Je crois avoir lu sur ton blog qu’une normalienne disait avoir pour « mari » un certain Bruno Taddéï (n°3) qu’elle n’avait jamais rencontré et se demandait à quoi il pouvait bien ressembler.  Elle va pouvoir enfin assouvir sa curiosité. mdr ! C’était un très beau garçon, footballeur émérite. »

* Et maintenant allons-nous le plaisir de le rencontrer en Avignon? J’en connais une qui sera ravie… A suivre….ndlr

accueil.gif

 

Publié dans ENO, Profs | Pas de Commentaire »

Un prof?…Notre prof…Monsieur Calmein…1911-1984

Posté par ENO filles le 13 janvier 2009

Ce matin je reçois ce message à la fois gai et triste de la part de Marie-Madeleine Bonne:

« Bonjour,
J’ai vu par hasard votre site sur l’Ecole normale de filles d’Oran. Bravo pour ce site! Et j’ai aussi vu que vous vous souveniez de vos professeurs, dont Mr Calmein (Robert de son prénom), professeur
d’anglais. C’était mon père. Il est décédé en 1982 à  Narbonne. Au retour d’Algérie, il a été nommé à  l’Ecole normale (filles et garçons) à  Toulouse. Il y a pris sa retraite puis nous sommes partis à  Narbonne. Il y a vécu avec ma soeur qui s’était installée là -bas.
Aujourd’hui, il est enterré à  Caussou (Ariège) auprès de son épouse Jane Calmein, elle aussi ancienne de l’Ecole Normale!
Bien amicalement, Maurice Calmein »

* J’ai immédiatement contacté Maurice Calmein qui a eu la gentillesse de m’adresses ces quelques petites anecdotes et ces photos de notre prof préféré. Merci Maurice!

* Ma réponse

« Bonjour,

je me présente, je suis Paule Chadeau (Guilhem) créatrice du blog. Je suis très heureuse lorsque une nouvelle personne se manifeste . Dans le cas de votre papa, c’est à la fois heureux et triste puisqu’il est hélàs décédé. Mais nous l’aimions toutes énormément à l’Ecole, même moi qui faisais de l’Espagnol.

En effet quand je suis entrée à l’école normale en 2de j’avais un 1er prix d’Anglais et je me suis donc tournée tout naturellement vers l’Anglais. Mais votre papa était un innovateur dans sa manière d’enseigner: d’une part  son enseignement était vivant et utilisait l’actualité, notre vécu, les films que nous adorions, Elvis presley en particulier, ce que vous n’ignorez sans doute pas, et il parlait uniquement en Anglais avec un super accent que mes autres profs n’avaient pas. Pendant le premier mois je me suis sentie totalement dépassée et j’ai craint pour mon bac. Comme j’étais timide à l’époque je ne lui en ai pas parlé, j’étais désespérée. Finalement au bout d’un mois  j’ai décidé d’abandonner l’Anglais pour l’Espagnol que je n’aimais pas beaucoup mais qui me semblait plus facile pour décrocher le bac (4 élèves dans la classe, obligée de travailler). Ce que j’ai souvent regretté ensuite car l’Anglais me manque encore lorsque je vais aux US ou même dans d’autres pays, et en famille aussi car ma fille a fait ses études supérieures en Angleterre, mes enfants et leurs conjoints, mes petits enfants parlent couramment l’Anglais sauf moi, toujours aussi timide lorsque je dois m’exprimer et chaque fois que je suis en difficulté, je pense à lui.

A l’époque j’ai quand même participé à toutes les activités annexes qu’il proposait car je l’adorais.

Je souhaiterais que vous m’autorisiez à parler de votre message sur le blog où il n’a que des amies.

Comme je suis gourmande, j’aimerais savoir si vous auriez plus d’infos, d’anecdotes sur sa vie et de photos de lui qui puissent nous remplir d’aise. Je n’ai rien d’autre que ce qui est sur le blog.

Quoiqu’il en soit je vous remercie infiniment de vous être manifesté et vous présente mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année.

Paule Chadeau »

Ces infos, les voici.

APPRECIEZ!

« Bonjour,

Merci de votre message. Ce que vous dites de mon père me touche beaucoup.

Vous trouverez ci-joint quelques photos (voir l’album)

M. Robert Calmein
Album : M. Robert Calmein
LE PROF....Notre prof d'Anglais
7 images
Voir l'album
                                      1) Enfant

                                      2) à Nemours, qu’il a adorée, avec son ami Salah et la famille de ce dernier.

                                      3) A Toulouse, le jour de ma communion

                                     4) A Toulouse, plus vieux.

Il est décédé des suites d’une maladie de Parkinson, le 31 juillet 1984. Il était né le 29 juin 1911 à Dunkerque. Calmein est un nom flamand.

Anecdotes…  Il y en aurait beaucoup:

En voyage en vélo en Italie, jeune marié, il s’était fait passer pour un Japonais et avait été trés acclamé! Les Italiens n’avaient pas du voir beaucoup de Japonais car avec sa tête!…

Jeune instit, il est parti à Nouméa et allait travailler pour une chaîne de supermarchés dans le Pacifique lorsque sa mère, pour le faire revenir à Dunkerque, lui a envoyé un télégramme (pas de téléphone ni d’Internet à l’époque…) disant que son père était gravement malade. C’était faux et une fois rentré, il demanda un poste éloigné. On le nomma dans le sud oranais. Il s’y est marié (ma mère, fille de légionaire, est née à Saïda en 1912). Il adopta l’Algérie dont il n’aurait jamais voulu partir.

Anecdotes scolaires:

Un jour, il était enrhumé. Ma mère avait l’habitude de lui donner ses vieux bas pour bricoler dans le jardin (attacher des arbres, par exemple). Il mit les bas dans sa poche, machinalement. Arrivé à l’Ecole normale, il a besoin de se moucher, sort son mouchoir… et se mouche avec un bas, ce qui mit les élèves en joie!

Une autre fois, il avait repéré, le jour de la rentrée, qu’un farceur avait placé les pieds de devant de son bureau tout au bord de l’estrade (gag classique pour un prof un peu expérimenté). Il repère donc le farceur à son air ravi et impatient de voir l’effet de sa farce, le fait venir devant le bureau et pousse le bureau en avant. Pris de peur, l’élève recule précipitamment et tombe sur les fesses, ce qui met la classe en joie et a évité tout renouvellemenr de blague de ce genre!

Venu à Toulouse à la fin des événement d’Algérie, il était connu de ses collègues pour ses positions trés Algérie française. Lui qui avait été socialiste (rose clair) dans son jeune âge (il faut dire qu’il avait 25 ans au moment du « Front pop », se voyait, en 1962, accueillir au cri de « Heil Hitler » et du salut nazi par ses collègues haineux de Toulouse (des humanistes sans doute…). Heureusement pour lui, il se lia d’amitié avec un autre prof Pied-Noir, Mr Curtès, prof d’Espagnol. Ce dernier vit toujours. Je le rencontre de temps en temps aux réunions du Cercle algérianiste à Toulouse.

Que vous dire d’autre? Qu’il a fait 7 ans de guerre, a été blessé, prisonnier, s’est réveillé à la morgue dans les Ardennes, juste avant d’être enterré! Il était vidé de son sang. Les Allemands, compte tenu de son nom à consonnance germanique, ont été « généreux » et lui ont mis de l’eau de mer à la place du sang… ce qui a fait repartir le moteur! Ils gardaient le sang pour les blessés allemands. Depuis, il avait peur d’être enterré vivant et nous disait souvent « Pincez-moi bien quand je serais mort »!

Il aimait beaucoup plaisanter. Une fois, il nous a raconté qu’un élève de l’Ecole normale de Toulouse s’est étouffé avec un crouton de pain après que mon père ait raconté en classe un histoire: celle du peintre belge qui dit à son collègue perché en haut d’une échelle: « Tiens-toi bien au pinceau, je vais enlever l’échelle! ».

Je peux vous dire aussi que Jean-Louis Guilhaumon, Directeur du Festival « Jazz in Marciac », m’a dit un jour: C’est ton père qui m’a donné le goût du Jazz et l’envie de faire de la musique. Il nous passait des disques trés modernes en cours, à l’Ecole normale d’Oran »! Hasard du destin, Guilhaumon fut aussi élève de ma mère, au cours préparatoire, avec moi!

Bien entendu, je vous autorise à publier tout ce que vous voulez!

Merci encore pour l’estime que vous portez à mon père.

Bien amicalement, Maurice Calmein

accueil.gif

Publié dans Annees 60, ENO, Profs | 6 Commentaires »

 

FO Défense Martinique |
edna |
Présentation des métiers |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | toutcequetas
| ammalyon
| TPE 2008/2009